"Ce que j'aime chez MGallery, c'est le storytelling"

13.07.2018

Partager sur :

Alexandra Woop est directrice du design intérieur des marques Eco, Midscale et Luxe au Moyen-Orient. Aujourd'hui, elle partage avec nous sa vision du design et de l'hospitalité. 

Pouvez-vous nous parler un peu de vous ? Pourquoi avez-vous choisi de faire carrière dans le secteur de l’hôtellerie ?

Je suis une voyageuse compulsive. J’aime explorer de nouvelles destinations et je suis toujours à la recherche de nouvelles expériences. Je connais bien les mondes de l’architecture et du design, donc j’ai beaucoup de plaisir à observer les tendances du design et son intégration dans l’environnement, toujours à la recherche de nouveaux lieux dans le monde entier.

L’Hôtellerie est un de mes principaux centres d’intérêts et c’est aussi ma passion. J’aime explorer ses tendances dans le design et l’architecture, en cherchant de nouvelles agences de design, en préparant des cartes conceptuelles des voyages que je fais ou en recherchant des destinations dans les magazines de design.

J’aime être influencée par le lieu, par la philosophie créée par les designers locaux, qui est toujours une source d’inspiration, mais aussi par les nouvelles modalités de création de l’environnement de design. Il s’agit d’une expérience à part entière. 
J’ai un Master en architecture et j’ai travaillé pendant 7 ans pour un cabinet d’architecture allemand, à Hambourg, c’est donc tout naturellement que je me suis ensuite tournée vers le secteur de l’hôtellerie.

En quoi consiste le métier de designer pour un groupe hôtelier ? Est-ce qu’il y a des spécificités / des différences ?

Je travaille davantage à la direction du Design, ce qui est assez différent du design à proprement parler.
Mon rôle consiste à créer un environnement de design agréable, bien entendu, mais aussi à enseigner le design aux clients, aux propriétaires, etc. Je peux dire que mon travail de directrice du design est assez similaire à celui d’un chef de projet, étant donné que son rôle vise à mettre l’accent sur la culture, sur la créativité, il ne se limite pas à structurer une organisation autour du design. Les activités de formation aux tendances du design sont également une de mes missions.

Je collabore généralement avec les équipes de terrain, celles de la restauration et des espaces bien-être, les commerciaux, les développeurs, les propriétaires, les agences de création, les architectes d’intérieur, ou encore le personnel des services de marketing. Mes missions associent différentes connaissances et je dois interagir avec toutes ces différentes équipes. Le processus est très complexe parce que toutes les parties sont impliquées.

J’ai remarqué certaines différences entre le secteur de l’hôtellerie et les autres secteurs. Dans le secteur de l’hôtellerie, le design ne concerne plus uniquement les chambres et les espaces de restauration, c’est un secteur bien plus complexe que ça, l’hôtellerie fournit des services bien plus avancés aujourd’hui.
 
Vous êtes directrice du design pour MGallery, quel est votre lien avec cette marque ?

Ce qui me plaît chez MGallery, c’est son storytelling, excellent dans l’ensemble des complexes hôteliers. Il y a différentes histoires et personnages qui constituent un parcours d’ensemble au sein d’une structure et vont bien au-delà, nous trouvons également des histoires vécues à l’extérieur de l’établissement. La communication narrative est très forte et elle est toujours élaborée par de grandes équipes (propriétaires, designers, architectes, directeurs généraux, commerciaux). De plus, il s’agit d‘une marque très ambitieuse, qui possède une histoire élaborée afin d’associer toutes les expériences liées à l’hôtellerie, malgré les différents points de contacts avec le client.

Le design (qui est l’un des piliers de la marque) est très développé et j’ai l’habitude de collaborer avec les équipes créatives lorsque nous élaborons la trame de la narration.

C’est toujours passionnant d’assister à la naissance de chaque histoire, car l’architecture d’intérieur représente également une grande partie des solutions que nous imaginons. L’objectif ne consiste pas à fournir une solution répétitive pour chaque hôtel de la marque, mais au contraire à transformer chaque lieu en un endroit unique, doté d’une forte personnalité.
Les films sont un excellent outil pour traduire la communication de la marque. Ils permettent au spectateur de s’immerger dans le mouvement, il devient alors le véritable héros de l’hôtel. C’est le support idéal pour raconter une histoire : seuls les films peuvent influencer l’ensemble des sens pour comprendre le storytelling. 
 
Qu’est-ce qui vous motive dans votre travail ? Quelle est la partie la plus stimulante ?
 
Il s’agit essentiellement du processus de création auquel s’associe le travail d’équipe. C’est également une grande satisfaction d’avoir la responsabilité de la réalisation du design de l’ensemble des établissements. C’est un plaisir immense de voir une histoire prendre vie.
L’apprentissage est une source de motivation. Chaque fois que je découvre de nouveaux hôtels, de nouvelles équipes et de nouvelles histoires, j’apprends et découvre de nouveaux endroits, j’ouvre de nouveaux livres pour décrypter le lieu, les gens, la culture. Je suis passionnée par les voyages et j’aime découvrir l‘histoire des autres personnes, aussi bien que leurs cultures ou leurs religions.

Quel genre de voyageuse êtes-vous ?

Je voyage beaucoup, je suis une voyageuse passionnée et il m’arrive parfois de flirter avec le danger pour m’y confronter, bien que j’aime aussi le confort. J’aime m’aventurer dans des ruelles obscures pour faire de véritables découvertes, cela me donne plus d’adrénaline, je voyage en dehors des sentiers battus et ne choisit jamais de rester avec les groupes de touristes.
J’essaie toujours d’aller rencontrer la population locale, surtout lorsqu’on en vient à parler d design, d’architecture et de culture, afin de trouver des endroits originaux. Pour ce faire, je prépare très attentivement chaque voyage, avec un plan de travail conséquent et de nombreuses lectures avant le départ.
 
Quels sont vos centres d’intérêts en dehors du travail ?

Je lis beaucoup, j’aime rester au fait de la nouveauté. Je suis souvent dans les rues, en quête de découvertes. En tant qu’ancienne joueuse de tennis professionnelle, je continue à pratiquer ce sport. Je pratique aussi le golf et j’aime découvrir les nouvelles technologies, les nouvelles tendances dans le secteur du bien-être (crossfit, yoga, etc.) ; j’essaie toujours de m’impliquer dans de nouvelles pratiques, de nouveaux concepts et d’expérimenter quelque chose de différent.
 
Que conseil donneriez-vous à une femme qui souhaiterait poursuivre une carrière telle que la vôtre ?

Dans tout ce que nous faisons, il est important d’avoir confiance en soi. Il ne faut pas avoir peur du changement pour essayer de découvrir d’autres choses et avancer. Il est important d’être à l’aise avec le changement, d’évoluer et de ne pas adhérer à un processus ou à une stratégie. Il faut toujours travailler pour soi. C’est particulièrement important dans notre monde, lequel nous demande de changer notre mode de fonctionnement lorsque la technologie évolue, avec l’IA, par exemple. La totalité de notre existence est train de changer. 
 

TAGS :