Les bonnes nouvelles du marché du voyage d’affaires

02.03.2016

20160302-voyageaffaire-HP

20160302-voyageaffaire-HP

Les entreprises européennes seraient-elles trop prudentes lorsqu’il s’agit de prévoir leurs dépenses en matière de déplacements professionnels ? Chaque année, on assiste au même phénomène : l’entreprise prévoit de faire moins voyager ses collaborateurs, économies obligent, puis finalement, fait exactement le contraire. Les chiffres du Baromètre American Express Voyages d’Affaires 2016 le prouvent : en 2015 les dépenses de voyage des entreprises européennes ont connu une croissance de 1,4 % alors qu’un an plus tôt, elles tablaient sur + 0,7 %. Le double !

En 2016, les entreprises prévoient + 1 %, mais tous les indicateurs économiques penchent plutôt pour + 2 %. Prudence, quand tu nous tiens. Cette croissance des déplacements est d’autant plus forte que, dans le même temps, les prix ont baissé de 1 % en Europe et au Moyen-Orient. On dépense davantage, les prix baissent, donc les volumes augmentent. Logique.

Se déplacer, c’est bon pour mon entreprise

Comment expliquer ces bons chiffres ? La réponse est simple : la croissance des déplacements professionnels reflète la reprise de l’économie et des projets de développement internationaux. Ce même baromètre révèle que 50 % des entreprises sondées projettent de développer leur activité en s’étendant à l’international dans les trois prochaines années, contre 38 % en 2014. Un optimisme, un vrai ! Autre bonne nouvelle : 33 % des entreprises interrogées, contre 18 % en 2014, indiquent vouloir augmenter leur budget de déplacements professionnels d’ici à trois ans. Tous ces éléments traduisent une évolution profonde des mentalités que l’on peut mesurer avec ce chiffre clé : 24 % des entreprises perçoivent le voyage d’affaires comme un investissement (et non un simple coût). C’est sept points de plus qu’en 2014 où seuls 17 % des entreprises faisaient des déplacements un poste essentiel de leur activité.

20160302-voyageaffaire-1
20160302-voyageaffaire-1

Si l’on entre dans le détail des dépenses, on constate que l’avion pèse le plus lourd (42 %), suivi de l’hôtellerie (26 %), du train (11 %), de la location de voiture (8 %) et de la restauration (6 %). Les séjours à l’hôtel ne représentent pas le budget le plus important, mais, 59 % des entreprises interrogées déclarent que les dépenses liées à l’hôtellerie sont « à surveiller », comme d’ailleurs beaucoup d’autres dépenses.

20160302-voyageaffaire-2
20160302-voyageaffaire-2

Selon cette même étude, deux pistes clés sont proposées pour les optimiser : réserver davantage en amont votre hôtel et utiliser plus fréquemment des outils de réservation en ligne. C’est pourquoi de plus en plus d’acteurs économiques de l’hôtellerie investissent massivement dans le digital afin de proposer aux voyageurs des solutions clés en main. À l’image de AccorHotels et de son application mobile.

Et s’il vous reste un peu de temps entre deux déplacements, tentez d’aider votre entreprise à répondre à la question que 21 % des entreprises européennes se posent : comment mesurer le retour sur investissement d’un déplacement d’affaires ? Si vous avez la réponse, vous allez intéresser beaucoup de monde.

NB: Article sur les tendances du secteur de l'hôtellerie réalisée par la direction de la Communication de AccorHotels. 

TAGS :