Energy Observer : une escale à Paris

17.07.2017

20170717_energy01

20170717_energy01

Partager sur :

Avant d’entamer son tour du monde, le navire révolutionnaire à hydrogène a été baptisé jeudi 6 juillet 2017 à Paris. Le point sur ce premier arrêt.

Mis à l’eau le 14 avril à Saint-Malo, le bateau Energy Observer – dont nous sommes partenaires – a quitté son port d’attache le 26 juin pour faire escale à Paris, du 4 au 16 juillet.

Le 6 juillet, l’équipage et les partenaires se sont réunis pour le baptême du navire au Port du Gros Caillou. Son parrain, Nicolas Hulot, actuel ministre de la Transition écologique et solidaire, et sa marraine, Florence Lambert, directrice du CEA-Liten, étaient bien sûr de la partie. De même que Bertrand Piccard, Président de la Fondation Solar Impulse, et Anne Hidalgo, Maire de Paris. Et bien sûr, Victorien Erussard, et Jérôme Delafosse, respectivement capitaine et chef d’expédition et toute l’équipe d’Energy Observer.

 

20170717_energy
20170717_energy

Passage de flambeau, de ciel à mer

Bertrand Piccard est le pionnier de l’aviation solaire. Il a fait le tour du monde sans consommer d’énergie fossile entre mars 2015 et juillet 2016, à bord du Solar Impulse. Le jour du baptême, il a ainsi officiellement transmis à Victorien Erussard son tag #futureisclean et lui a offert le compas du Solar Impulse pour « ne pas perdre le cap et surtout le message » qu’il porte.

A quelques pas du port, deux dômes d’exposition ont été ouverts au grand public jusqu’au 15 juillet 2017. Objectif : présenter les caractéristiques techniques, le schéma énergétique, le programme, le parcours, l’expédition… Avec à la clé une expérience de réalité virtuelle inoubliable

Le bateau a quitté Paris le 16 juillet pour poursuivre son tour de France qui se terminera à Monaco en décembre, avant de poursuivre son voyage autour du monde pendant 6 ans.

20170717_energy02
20170717_energy02

Un laboratoire flottant

Pour la petite histoire, le bateau Energy Observer est un ancien catamaran de course, Formule TAG, construit au Canada en 1983 et resté célèbre après avoir remporté en 1994, sous le nom d’Enza New Zealand, le Trophée Jules Verne. « Energy Observer est bateau de course de légende, qui a été reconditionné en bateau du futur », explique Victorien Erussard, capitaine et président d’Energy Observer.

Aujourd’hui devenu un concentré d’innovations, il combine différentes technologies permettant d’obtenir un mix assurant l’autonomie du navire. « Il n’y a pas une solution miracle pour lutter contre le réchauffement climatique : il y a des solutions, que nous devons apprendre à faire fonctionner entre elles. C’est ce que nous faisons avec Energy Observer : faire collaborer les énergies de la nature, mais aussi de notre société, en réunissant autour de ce bateau, les savoir-faire des entreprises, des laboratoires, des start-ups et des institutions », explique Victorien Erussard.

Ce laboratoire flottant s’apprête à s’engager dans la plus belle des odyssées maritimes, le tout en étant autonome énergétiquement et sans émission de gaz à effet de serre. Au programme : 101 étapes dans 50 pays. Pour se faire, le catamaran embarque 130 mètres carrés de panneaux solaires et deux éoliennes à axe vertical. Son ambition ? Prouver qu’un futur plus respectueux de l’Homme et de son environnement est possible.

Suivez la belle et grande aventure d’Energy Observer 

 AccorHotels et Energy Observer

 Avec Planet 21, le Groupe vise la neutralité carbone et l'autonomie énergétique. Plus d'informations sur cet engagement ici.

TAGS :