L’interview hors-bord de Steven Daines

17.08.2017

20170817_daines_HL1

20170817_daines_HL1

20170817_daines_HL1

Partager sur :

Depuis fin 2016, il est Directeur général « Nouveaux business » et Directeur général HotelServices Afrique et Moyen-Orient. Aussi à l’aise avec la gestion d’équipes qu’aux manettes d’un radar sur une passerelle de Car Ferry, Steven Daines se prête au jeu du questionnaire de Proust revisité.

Si l’on vous dit « innovation », spontanément, vous répondez ?

L’innovation c’est la vie. Le programme génétique de chaque être vivant, son ADN, a toujours une part de nouveauté par rapport à ses deux « parents », infime mais réelle. Nous sommes donc programmés pour innover, et c’est la société, conservatrice par nature, qui souvent nous restreint. Pour innover il « suffit » donc de se lâcher, de laisser parler sa nature, d’oser rompre des routines imposées à nous.

Complétez : Demain, nos hôtes disposeront… 

… d’un accès à de multiples expériences de voyage enrichissantes, tonifiantes, transformatrices, avec le vaste écosystème AccorHotels.

 

Quelle innovation avez-vous dans la poche ?

J’ai sur mon téléphone une appli qui me permet de suivre le trafic maritime et la météo marine dans la Manche en temps réel. Je la consulte au moins une fois par heure, un peu moins la nuit…

J’ignore comment je pouvais survivre auparavant sans cette appli, parfaitement inutile à Paris mais qui fouette l’imagination.

 

La demande la plus folle que vous aimeriez faire à John Paul ? 

Ce ne serait pas une demande pour moi ! Je leur demanderais de reprendre au pied levé, dès demain, le service de conciergerie de notre écosystème private rental. La demande – en soi – n’est pas folle, c’est sa mise en œuvre instantanée qui serait folle.

 

Un message à adresser à l’équipe « New businesses » ? 

N’écoutez pas trop les conseils des autres : continuez d’avancer !

 

Si vous étiez un lieu de vie, vous seriez ?

Un navire d’exploration des terres australes.

 

Si vous étiez une startup ?

Une agence en ligne spécialisée dans les voyages disruptifs, inconfortables, à hauts risques, organisés spontanément par les membres. Je l’appellerais « Shackleton », du nom d’un extraordinaire explorateur anglais qui promettait aux futures recrues qui le rejoignaient de grandes souffrances et un retour très incertain.

 

Si vous étiez un tweet de 140 signes ?                                                                                 

« Une journée où l’on ne sort pas de son train-train quotidien est une journée perdue. »

TAGS :